Recherche

M’inscrire à l’infolettre

Soyez les premiers informés de nos événements, nouvelles et concours! Inscrivez-vous à l’infolettre

La fille du cratère

Veuillez prendre note que ce film est archivé.
Affiche de                         La fille du cratère

Cinéma du Québec

Présenté en complicité avec Télé-Québec

Les invités seront présents lors de la représentation du dimanche 7 avril seulement.

Femme territoire, Yolande Simard Perrault se voit comme le fruit des bouleversements telluriques qui ont frappé la région de Charlevoix, au Québec, voilà des millions d’années. Solide comme le bouclier canadien, elle est la fille du cratère né de la chute d’une météorite, d’où sa vitalité hors du commun. Le film trace le portrait de cette femme déterminée, à l’image d’un pays qui s’est créé dans la démesure. Grand amour de Pierre Perrault, qui délaissera tout pour vivre à ses côtés, elle sera la complice du cinéaste. Le documentaire témoigne de l’influence de cette rêveuse insatiable et de sa contribution à l’édification de notre mémoire collective. Dans un flot d’images et de mots, Yolande Simard Perrault raconte les splendeurs du paysage et les êtres qui l’ont façonnée. Généreuse et infinie, sa quête identitaire nourrit et prolonge encore aujourd’hui l’œuvre de celui qui aura donné un souffle nouveau à notre cinématographie.

Réalisation

Nadine Beaudet, Danic Champoux

Scénario

Nadine Beaudet, Danic Champoux

Pays

Canada - Québec

Année

2019

Durée

1h16

Catégorie

Documentaire

Langue

Français

Production

Les Vues du fleuve et ONF - Office national du film du Canada

Distribution

ONF - Office national du film du Canada
Dossier de presse
Portrait de Nadine Beaudet
À propos de

Nadine Beaudet

Originaire de la Côte-Nord, Nadine Beaudet n’a jamais oublié le lieu qui l’a vu naitre. Il est le fil conducteur de son parcours. Ce sentiment d’appartenance à une identité régionale l’amène à entreprendre des études en sciences appliquées et une maitrise en aménagement du territoire. En 1999, elle s’initie au documentaire en travaillant comme assistante réalisatrice de Lucie Lambert, qui tourne Avant le jour sur la Basse Côte-Nord. Cette collaboration ancrée dans le réel et l’imaginaire se poursuivra avec Le père de Gracile (2004). En 2009, elle cofonde avec Christian Mathieu Fournier la maison de production Les vues du fleuve, qui privilégie la réalisation de films porteurs d’une réflexion humaine et territoriale. Son premier long métrage, Le cosaque et la gitane (2012) tourné en Abitibi se mérite le Prix Pierre-et-Yolande Perrault au Rendez-vous du cinéma québécois en 2013. En 2016, son film Le chant des étoiles (2016) est sélectionné en France au Festival international du film documentaire en Cévennes. Suit en 2018 La maison des Syriens, cosigné avec Christian Mathieu Fournier, qui traite de l’accueil des réfugiés en région au Québec. Ce film remporte le Prix du public au FFPE et le Meilleur film dans la catégorie «Réfugiés et migrants» au Woodpecker International film Festival de New Delhi en Inde. Aujourd’hui, La fille du cratère, qu’elle coréalise avec Danic Champoux, vient boucler la boucle. En la personne de Yolande Simard-Perrault, complice du grand cinéaste Pierre Perrault, elle trouve une âme sœur qui a consacré sa vie aux thèmes du territoire et de l’identité.

Portrait de Danic Champoux
À propos de

Danic Champoux

Venu à la réalisation suite à sa participation à l’édition 1996-1997 de La course autour du monde, une émission qui permit à plusieurs jeunes cinéastes québécois de faire leurs premières armes, Danic Champoux n’a cessé depuis de tracer sa voie. Les documentaires Mon père (2000), Big Gazelle (2004), Caporal Mark (2006), Cardinal Cowboy (2007), La couleur du temps (2008) et Baklava Blues (2009) attirent l’attention sur son travail et se méritent diverses distinctions. Suivent une incursion dans le domaine du film d’animation (Mom et moi, 2011) et un long métrage documentaire (Séances, 2012) dans lequel il perpétue la tradition du cinéma vérité en explorant la réalité d’un centre d’oncologie. Nommé la même année cinéaste en résidence à l’ONF, il se risque sur le terrain de l’expérimentation en se consacrant pendant deux ans à Autoportrait sans moi (2014). De 2015 à 2018, il se partage entre le cinéma (Ça fait 20 ans, Cris sur le bayou, Conte du Centre-Sud) et la télévision, où il multiplie les projets (REF-Arbitres, Mal élevés, Mon amour, ma prison). Destiné aux salles, La fille du cratère, qu’il cosigne cette année avec Nadine Beaudet, revêt pour lui une importance toute particulière. Axé sur Yolande Simard, la complice en création du documentariste Pierre Perrault, le film dessine le portrait d’une femme d’exception, tout en lui permettant de rendre hommage à celui qui a jadis nourri son désir de devenir cinéaste et demeure encore pour lui aujourd’hui une grande source d’inspiration.

Invités

Nadine Beaudet

Nadine Beaudet est habitée par les questions d'identité et de territoire. Après Le cosaque et la gitane (2012) – gagnant…

Lire la suite

Yolande Simard Perrault

Femme territoire, solide comme le bouclier Laurentien, sensible et fraîche comme le bruissement des feuilles printanières, audacieuse et déterminée, Yolande…

Lire la suite

Partager cette fiche

Facebook Twitter